11 Comments

Le contenu dupliqué – Partie 3 : Comment éviter de dupliquer ses propres textes en content spinning (ou en réécriture manuelle) ?

Nous poursuivons le sujet du contenu dupliqué en entrant dans la pratique de préparations de textes « conçus » pour être différents.

Tout d’abord, même s’il est facile de penser que seuls les textes faits grâce au content spinning sont concernés, nombre de rédacteurs reprennent manuellement la même démarche intellectuelle pour concevoir leurs variations de texte que les référenceurs pratiquant le content spining.

Pourquoi le problème se pose-t-il ?

  • 1) Aujourd’hui, devant la multiplicité des sites, des informations, des actualités, la concurrence fait rage pour arriver à faire connaître sa news. Il vous faut donc faire plusieurs publications et non plus une seule comme jadis.
  • 2) En outre, si vous avez des visées « référencement », la pose d’un seul lien n’est plus efficace depuis longtemps : il faut la plupart du temps plusieurs dizaines à plusieurs milliers de liens selon la thématique pour arriver à faire monter un site dans les résultats de recherche…
  • 3) En parallèle, Google a jugé bon de partir du principe qu’aucun contenu ne devait être dupliqué, même si au fond, cela n’a pas beaucoup de sens.

La conclusion de cela est qu’il va falloir faire de nombreuses versions de sa news pour arriver à obtenir de la visibilité. Mais qui dit news, dit un sujet et une idée principale. Comment faire 100 articles non dupliqués qui vont transmettre la même information à vos lecteurs ?

Vous avez deux solutions : faire réécrire manuellement l’article de nombreuses fois (ce qui revient à spinner manuellement), ou le spinner via un logiciel.

Dans les deux cas, c’est bien Google qui vous oblige à reformuler votre prose. Sans Google Panda, on n’en serait pas là.
OK, varier ses phrases a aussi un intérêt pour l’internaute qui tomberait deux fois de suite sur votre actualité… mais combien de fois cela va-t-il arriver en pratique ?

Quels sont les pièges de la réécriture, manuelle ou logicielle ?

Note : la réécriture manuelle engendre plus de contenu dupliqué qu’un logiciel qui va faire des calculs « savants » avant de sortir une variation, quitte à faire de nombreux essais avant de parvenir à générer des textes non dupliqués entre eux. À part ce contrôle d’unicité, la démarche intellectuelle reste exactement la même entre le content spinning et la réécriture manuelle : on ne fait que reformuler le même propos.

Quand vous préparez un texte qui est écrit à partir d’un autre, vous allez faire cela à plusieurs niveaux comme expliqué dans ce billet sur le content spinning.
Les deux niveaux qui vont nous intéresser vont être la reformulation de bribes de phrases dans un même paragraphe et la reformulation de paragraphes entiers.

Je vous donne une liste de règles que je vous laisse méditer pour faire des réécritures en grande quantité (je pars du principe que vous utilisez un logiciel, car vous avez le sens des priorités) :

RÈGLE 1 :
Quand vous avez plusieurs reformulations possibles pour un même paragraphe, faites en sorte que les variantes des paragraphes ne comprennent pas entre elles les mêmes mots… sinon, cela reviendrait en spinnant, à n’avoir qu’un seul texte de base pour le même paragraphe… (Tiens, je connais certains utilisateurs qui vont subitement comprendre pourquoi ils n’arrivent pas à avoir plus de 50 versions de textes différents alors qu’ils ont fait plusieurs variantes d’un même paragraphe).

RÈGLE 2 :
N’utilisez que peu les synonymes de mots, vous devez en premier lieu reformuler les expressions.

RÈGLE 3 :
Eviter les phrases écrites sous la forme négative, cela ajoute des mots que vous aurez du mal à faire varier.

RÈGLE 4 :
Faites des phrases courtes et au premier degré, cela évitera les dérapages de phrases qui ne veulent plus rien dire et qui laisse des empreintes fortes.

RÈGLE 5 :
Choisissez des termes courants… plus les termes sont courants, moins les empreintes sont fortes, car si les empreintes sur les termes courants étaient mises en œuvre, on désindexerait tout le web.
En outre, les termes courants ont beaucoup de synonymes 😉

RÈGLE 6 :
Éviter d’aller trop loin dans les références produits… Comment voulez-vous remplacer TC-568J-XV ?? C’est un élément d’empreinte forte.

RÈGLE 7 :
Il est inutile d’avoir 20 synonymes d’un mot, c’est même stupide, car on en vient à placer dans les textes des termes complètement « improbables » qui sont eux aussi des éléments d’empreinte forts.

RÈGLE 8 :
Faites en sorte de garder autant que faire se peut le même nombre de mots entre une expression et ses correspondances.

RÈGLE 9 :
Canonisez vos termes avant de choisir vos correspondances : il faut, dans le texte de départ, n’utiliser que des mots et expressions qui n’ont qu’un seul sens possible. Par exemple « plus » a deux sens opposés, « davantage » n’en a qu’un. En choisissant bien vos mots et expressions, les textes générés ne déraperont pas.

Autres améliorations fortement conseillées après la génération des versions de textes

AMÉLIORATION 1 :
Il n’est pas nécessaire dans une réécriture de reprendre l’intégralité du texte, sauter une partie des paragraphes est souvent envisageable et bénéfique (moi, je n’ai rien dit ;-).

AMÉLIORATION 2 :
Par ailleurs, si l’ordre des paragraphes peut être modifié, cela vous aidera à concevoir des phrases de transitions inédites pour que le propos reste cohérent.

AMÉLIORATION 3 :
Il est bien d’ajouter à un texte réécrit quelques phrases ici et là. En somme, les textes générés grâce à un logiciel sont plus à percevoir comme une base où 80 % du travail est fait, mais où vous allez ajouter un petit supplément d’âme à chaque version… Bref, c’est bien plus naturel et cela plaira à votre ami de toujours et aux internautes.

N’hésitez pas à poser vos commentaires/questions, le blog est en DF. N’utilisez pas de mots-clés en dehors des thématiques web et SEO.

11 Responses to “Le contenu dupliqué – Partie 3 : Comment éviter de dupliquer ses propres textes en content spinning (ou en réécriture manuelle) ?”

  1. Les références produits sont justement un élément à prendre en compte dans les 20% de travail manuel.

    Avec un masterspin qui fait 350 mots c’est bien, mais il est pas forcement obligatoire d’écrire 350 mots, des fois il est préférable de donner une seule partie du spun car plus il y a de spun dans la nature, plus le DC se retrouve.

  2. Christian - mars 29th

    Il faut éviter la gangrène du contenu dupliqué dès la conception du « masterspin »; quand c’est pris dès la conception, avec les règles ci-dessus, ça passe.

  3. Sitanim - mars 29th

    Bonjour Christian,

    Excellent article qui peut servir autant que desservir lorsqu’on est éditeur logiciel 😉

    Les conseils prodigués sont en effet la clef pour produire des contenus de grande qualité, mais combien y parviennent aujourd’hui ?

  4. Christian - mars 29th

    Je n’ai pas de soucis à voir les utilisateurs tirer le meilleur parti possible d’Human Easy Spinner 😉
    Aujourd’hui, le référencement n’est plus un job pour les fainéants ni pour les gens désorganisés.
    En comprenant mieux comment les choses se passent, cela ne peut qu’aider les utilisateurs et ce qui ne le sont pas.

  5. Merci pour ce pratique règlement quasi médical contre le duplicate en réécriture manuelle.
    Au delà de la posologie et des conseils de syntaxe, on peut aussi partir d’une technique journalistique qui fera table rase de la parano d’écrire encore et toujours la même prose.
    Changer tout simple d’angle rédactionnel et mettre en situation différemment le sujet permettra une écriture nouvelle et toujours personnalisée.
    Il y a toujours 36 façons d’aborder non pas un produit, mais la sensation qu’on peut en avoir.

  6. Christian - mars 30th

    oui, mais cela est plus coûteux à résultats comparables

  7. Le contenu est roi, mais au final cela aboutit à des excès qui rendent le web de moins en moins qualitatif. On a aujourd’hui l’impression que 90% des contenus ne sont pas craies pour apporter de l’information, mais pour générer du trafic. Pour exister sur Google il faut du texte et c’est la course à la production de contenu en masse.

  8. Christian - avril 5th

    C’est vrai… si seulement Google pouvait diminuer l’impact d’un lien, on vivrait dans un monde meilleur !

  9. Bonjour Christian,
    Ton article m’a fortement intéressé et je te remercie de ces explications.

    Je vais partager l’article 😉

  10. gui - avril 9th

    Connaissez vous un logiciel permettant d’identifier du duplicate sur son propre site ?

  11. Christian - avril 9th

    Si vous voulez comparer une page nouvelle avec une page ancienne (qui est déjà dans le cache de Google), vous pouvez vérifier le DC avec copyscape qui est l’outil qui semble le plus efficace actuellement sur le web.

    Par contre, si vous voulez comparer plusieurs pages nouvelles mais non publiées, vous pouvez les comparer chacune avec ce qui existe sur le web, mais il reste la possibilité que les pages se dupliquent, non seulement avec le reste du web, mais aussi entre elles. Dans ce cas, à ma connaissance il n’y a rien qui existe qui permette de comparer plus que 3 ou 4 textes entre eux s’ils ne sont pas encore publiés et déjà dans le cache de Google.

    Toutefois, comme Human Easy Spinner a un outil de vérification de DC assez efficace, on envisage de monter un outil interne dans une future version du logiciel, qui permette de vérifier plusieurs textes qui sont sur votre disque dur, donc non publiés, même s’ils n’ont pas été faits avec Human Easy Spinner.